Total TTC: 0,00 €
Les millésimes des vins détaillés de 2016 à 1900…

Les millésimes des vins détaillés de 2016 à 1900…

 

Entre la météo et le savoir-faire du vigneron , beaucoup de paramètres entrent en jeu pour la conception de nos flacons préférés.

Voici un guide détaillé vous permettant d’en savoir un peu plus sur les millésimes des vins que vous ouvrez. 

 

2016

Une grande pensée à nos vignerons qui ont tous eu du fil à retordre entre les gels de printemps, les orages de grêle ou encore les sécheresses de l’été, le climat a été rude et les parasites bien présents. 

Un rendement bien diminué ce qui favorise la qualité.

 

En Bourgogne : 

On nous promet en Bourgogne des cuvées exceptionnelles pour les meilleurs vignerons, en effet les aléas du climat ont considérablement réduit les récoltes mais l’été à permis aux cépages Bourguignon de s’épanouir et d’être vendangés à maturité donnant un résultat fruité et faisant ressortir une grande fraicheur.

 

À Bordeaux : 

Le climat estival a permis au fruit d’évolué à son aise, ainsi il a pu prendre son temps et après les vendanges de fin octobre , un rendu fruité très frais et un équilibre prometteur.

 

Dans la Vallée du Rhône : Millésime d’exception particulièrement à Châteauneuf-Du-Pape 

En Alsace : Un millésime très prometteur 

wine-3092944_1920.jpg

2015

 

LE millésime attendu ! Un climat très chaud des le printemps avec un été parfois même trop chaud.

Un millésime exceptionnel dans toutes les régions, des cuvées puissantes , harmonieuses et chaleureuses.

 

En Bourgogne :

Une réussite parfaite et inattendue ; a seulement 2 ou 3 ans de leur production, les grands crus en rouge de 2015 sont déjà mythiques ! 

Les blancs quant à eux promettent un bel équilibre avec leurs raisins bien murs qui donnent des vins gras bien concentrés.

 

A Bordeaux :

Rive gauche et droite sont bien servies avec ce millésime 2015. Une grande générosité ressort pour les blancs marqués par une belle amplitude, et une réussite éblouissante sur le cabernet sauvignon. Les Pomerol restent sobres mais doté d’un équilibre merveilleux. 

 

Dans la Vallée du Rhône : 

La qualité est présente sur toute la région. Un millésime à comparé aux meilleurs en ce qui concerne Châteauneuf-du-Pape.

2014

 

On a longuement attendu l’été en 2014 , nos pauvres vignerons en ont fait les frais. En effet il y a eu énormément d’eau et même si le raisin en a besoin il s’épanouie au soleil. 

Nous sommes donc sur un millésime relativement frais qui ira surement mieux aux blancs qu’aux rouges. 

 

En Bourgogne : 

De grands vins pour la côte de Nuits. De même pour Chassage ou encore Puligny qui donnent des vins dotés d’un superbe équilibre, tout en harmonie. Pour la côte de Beaune, Le climat a fait beaucoup de dégâts entrainant une récolte pauvre.

Petite parenthèse pour le Beaujolais qui dans ce millésime 2014 donne des vins fruités excellents.

 

A Bordeaux :

La rive gauche nous promet des vins plutôt constants et classiques très harmonieux et équilibrés. La Rive droite quant à elle a plus souffert des intempéries , les vins produits montrent une baisse de qualité sur ce millésime. En ce qui concerne les blancs la réussite est assurée que ce soit pour les vins secs ou pour les liquoreux. 

 

2013

 

Année difficile pour nos vignerons … Un froid constant, des pluies à n’en plus finir et même de la grêle, bête noire des producteurs ! 

 

En Bourgogne : 

Encore un millésime frappé par la grêle, la côte de Beaune a fortement été touchée avec un rendement très largement diminué. La qualité est pourtant présente mais malheureusement le raisin exploitable se fait rare, les bons vins issues de ce millésimes 2013 dépendent donc de la bienveillance du vigneron en ce qui concerne le tri de sa vendange.

À Bordeaux : 

Les difficultés de cette récolte sont très rudes à Bordeaux, les vendanges ont dû être avancées pour éviter la pourriture du raisin. En effet il y a eu beaucoup de pluie ce qui donne peu de raisins des cuvées aux vins plutôt acides. Belle réussite cependant sur les Sauternes qui tirent un beau profit de cette même acidité. 

Dans la Vallée du Rhône :  

La région de la Vallée du Rhône a moins souffert et offre même des blancs prometteurs, quant aux rouges rien d’extraordinaire mais on note un bel équilibre marqué d’une bonne intensité 

 

Une belle récolte bien prometteuse sur les régions Languedoc et Roussillon.

 

2012

 

Millésime très touché par le climat…avec des conditions de production chaotiques. 

Entre les Maladies de la vigne très présentes, le gel , la grêle , la canicule et la pluie , le raisin n’a pas pu correctement se développer. Les prix s’envolent sur ce millésime 2012 à cause du fossé creuser entre l’offre et la demande. 

En Bourgogne : 

Les vignerons qui ont pu ont fait des vins corrects, équilibrés et rigoureux mais les rendements sont très faibles , c’est une mauvaise année pour travailler la vigne. 

A Bordeaux : 

Sur la Rive Gauche, le raisin n’a pas eu le temps d’atteindre sa maturité… Sur la droite ont trouves une meilleure homogénéité et des vins équilibrés. Les primeurs de cette année ont beaucoup de mal à être vendus. 

En Champagne : 

Un très beau millésime en Champagne en 2012, en ressortent des vins frais et riches très intéressants.

 

2011

 

Résultat d’une saison fraiche et humide , une maladie attaque les vignes et fait pourrir les raisins en 2011, heureusement à la fin de celle ci un bel ensoleillement permet aux raisins de remonter la pente. Dans ce genre de configuration , la qualité des raisins , du savoir-faire du vigneron , du tri et de la date des vendanges sont des paramètres primordiales pour la réussite de la production.

En Bourgogne : 

Les rouges issus du Pinot Noir sont être agréables à boire mais sans trop attendre. En cote d’or , la qualité est présente mais malheureusement pas la quantité. Les blancs de bourgogne paraissent très prometteurs. 

Très belle surprise en Beaujolais !! 

A Bordeaux : 

Les prix sont élevés car ce millésime 2011 reste moyen et ne justifie pas une telle envolée. 

Les blancs cependant restent très prometteurs. 

2010

 

Un millésime un peu plus bas que sont prédécesseur le magnifique millésime 2009 , cependant on note une belle acidité. La garde assumée par les vins de l’année 2010 promet d’être très longue. Les vins de 2010 montrent une belle puissance et un équilibre parfait. 

la récolte quant à elle a souffert d’une anomalie appelée coulure qui amène a la chute des fruits , les volumes ont donc été faibles. 

En Bourgogne : 

Malgré les difficultés rencontrées pendant ces récoltes , les meilleurs vignerons ont fait des vins spectaculaires surtout en blanc et plus particulièrement dans la région de Beaune. Les rouges sont aussi très beaux et qualifiés de long. Le potentiel de garde est immense sur ce millésime.

 

A Bordeaux : 

Une beau millésime qui en prenant de l’âge pourrait devenir meilleur que d’autres très grands!

En ce qui concerne les grands crus c’est les yeux fermer.

Les blancs s’en sortent aussi parfaitement bien. 

Dans la Vallée du Rhône : 

Encore un millésime très propice à la région même s’il n’est pas à la hauteur du 2009 nous ne sommes pas si loin.

2009

 

Certainement ici un des millésimes du siècles sur toute la France avec un été splendide et favorable à une belle récolte.

 

En Bourgogne : 

On y a produits des vins rouges avec un équilibre Parfait , une bonne robustesse et une acidité peu marquée . Nous choisirons des vins de Corton ou de la Cote de Nuits pour toucher à l’excellence sur ce millésime 2009. 

Les blancs sont bien murs ce qui entraine des vins gras et riches.

Le Beaujolais nous surprends avec des vins concentrés et robustes très parfumés.

 

A Bordeaux : 

En 2009 à Bordeaux , on créer des vins Mythique , des cuvées dont on se souviendra… La Rive gauche triomphe sans l’ombre d’un doute avec des vins riches à souhait et bien fruités. La puissance de ce millésime s’accorde parfaitement avec le cabernet Sauvignon , une alchimie très prometteuse. 

En revanche sur la Rive Droite , moins d’enthousiasme avec un millésime qui ne va pas spécialement au Merlot. 

Les Sauternes sont très bien faits dans ce millésime 2009. 

Les prix s’envolent !!!! 

Dans la Vallée du Rhône : 

De très belles performances dans la Vallée du Rhône en 2009 , les vins sont bien structurés , avec une puissance sans égal et une grande générosité. 

2008

 

Millésime Légendaire en Champagne ou toutes les conditions sont réunis pour faire de merveilleux vins. 

Un très mauvais été , avec des pluies et un froid persistant , compromet la récolte 2008.

Dans ce genre de configuration on passe rarement a cote d’une acidité très marquée. 

Un tri draconien des raisins à toutes les étapes (ramassage à la vigne et une fois au chai) est alors indispensable!

En Bourgogne : 

Les vignerons méticuleux ont fait de beaux vins , doté d’un charme et d’une élégance accrus.

On attends beaucoup des blancs qui promettent un bel avenir. 

A Bordeaux : 

Les Saint-émilion sont prometteurs sur 2008 ainsi que les Pomerol qui ont bénéficier de vendanges plus longues que les autres. La rive droite s’annonce plus engagée que la gauche sur ce millésime.

bottle-50573_1920.jpg

 

2007

 

La maturité de cette récolte n’a malheureusement pas pu atteindre son apogée a cause des conditions climatique assez désastreuses. Les vins produits à cette période sont alors pour la plupart plutôt clairs et léger avec une grande acidité.

Pour le Rhône et la Provence en revanche le climat été plus sympathique et apporte des vins puissant et concentrés. 

 

En Bourgogne : 

De bons petits vins à déguster rapidement , le potentiel de garde n’est en effet pas très présent sur cette récolte 2007 mais les blancs sont dotés d’une belle touche minérale et d’une pureté assez nerveuse , les rouges eux sont souples et très axé sur le fruit.

 

A Bordeaux : 

Nous nous tournerons plus sur les blancs en 2007 , un bel équilibre pour les secs. La finesse des Sauternes dans ce millésime est à gouter!

 

2006

 

Un climat pas très sympathique pour nos vignerons qui ont jongler entre chauds et froids extrêmes sur la saison de croissance et de floraison.

Les vendanges ont dut être précoces et la pourriture avait déjà attaquer le raisin ce qui nécessite  un tri méticuleux , gros travail pour les producteurs.

En Bourgogne :

Nous avons ici un beau millésime prometteur en rouge comme en blanc , un peu en dessous du 2005 mais à boire avec plaisir. 

Les blancs sont gras et très gourmands comme nous les aimons et les rouges sont plus charnus

 

En Provence : 

Clin d’oeil avec une grande réussite sur ce millésime ! 

A Bordeaux : 

La Rive droite s’en sort très bien avec des vins bien structurés et harmonieux mais la rive gauche donne des vins trop agressifs et acides particulièrement les Médocs. Les Sauternes nous offrent de très belles cuvées grasses et éclatantes.

 

Dans la Vallée du Rhône :

Un très beau millésime!

 

2005

Une bénédiction pour le raisin cette année la , un soleil magnifique toute la saison et une chaleur parfaite lui ont permis de murir à son rythme. Une maturité atteinte sans embuches pour des vins très bien construits dans toute la France.

C’est un millésime légendaire pour la plupart des régions.

En Bourgogne : 

Des vins consistants avec de beaux tannins bien structurés et très généreux , on sent la gourmandise pour les rouges et le coté plus riche et gras sur les blancs.

A Bordeaux : 

Un millésime entré dans les annales , un potentiel énorme pour la rive gauche comme pour la droite ! 

Les vins de cette année 2005 sont promis à une longue conservation. Grace a leur belle acidité et au coté très fruité qui ressort et bien évidemment aux tannins très présents pour les rouges. 

En ce qui concerne les blancs on retrouve autant chez les secs que chez les liquoreux un coté très fruité et frai. 

Les prix de ce millésimes ont très vite atteints des sommets pour les grandes maisons. 

C’est une belle réussite pour toutes les régions viticoles de l’hexagone en 2005.

2004

 

Un millésime pas très glorieux a cause d’un été chaotique en terme de climat et de maladie de la vigne , beaucoup de pluie mais un mois d’Aout et de Septembre ensoleillé pour rattraper un peu cela. Cependant les production on été trop volumineuse ce qui abaisse la qualité. 

Cependant quelques vignoble s’en sortent très bien ! 

Par exemple dans le Rhône ou les Châteauneuf-Du-Pape sont excellent, ou encore en Provence ou le seul      «défaut » pourrait être une trop grande fraicheur mais qui s’effacera avec un peu de temps. 

 

En Bourgogne comme à Bordeaux , less vins produits sont très classiques mais bien structurer et dotés d’une belle harmonie. 

 

2003

 

Les déboires climatiques auraient pu donner des récoltes affreuses et pourtant … voila ici un des millésimes du siècle! Après les gelées au printemps suivies  d’une canicule qui a marquée la France entière , nous nous attendions à une récolte déplorable mais la nature fait bien les choses et ce millésime 2003 devient alors un millésime exceptionnel. Les vendanges ayant eu lieu très tôt les vignerons ont eu peur de la récolte et la surprise : des raisin parfaitement mature et un taux de sucre inégalable… Les vins de ce millésimes sont alors hors du commun , généreux et concentrés : Extraordinaires !

En Bourgogne:

Un millésime plus que mythique , Les récoltes de cette année en terme de grands crus sont confidentiels et donc rares. On trouve des blancs riches , suave et mielleux avec une petite touche de gras et les rouge sont simplement merveilleux , à découvrir!! 

A Bordeaux : 

Les vins liquoreux sont particulièrement bon en 2003 avec une liqueur riche. Les Grands crus de Bordeaux sont très prometteurs sur ce millésimes en blanc comme en rouge. 

 

2002

A Bordeaux : 

Un millésime que l’on peux qualifier de moyen , la concurrence fait du tord à la région.

En Bourgogne:

Une bénédiction pour les vigneron Bourguignon , la ou les Bordelais font la grimace , en Bourgogne c’est plutôt la fête ! Le climat de fin de saison a été très clément pour le raisin entre soleil et vent du nord toutes les conditions sont réunies pour un millésime exceptionnel. Le résultat est hors normes, nous avons eu la chance d’avoir des vins blancs a la fois riches et frais et des vins rouges marqués et très profonds une parfaite harmonie et homogénéité.

Le millésime 2002 a été plus généralement très favorable aux régions de la Loire , la Champagne ou encore la vallée du Rhône

 

2001

 

Cet été 2001 n’a pas été très chaud , plutôt pluvieux et couvert. Cependant à la fin de celui ci une vague de chaleur s’est abattue sur la vigne ,Peu de temps avant les vendanges. Cette chaleur inattendue a alors sauvée le raisin.

 

En Bourgogne :

Beau millésime , des vins fins et doux avec une belle structure.

A Bordeaux : 

La rive droite triomphe avec les Pessac ou les Saint Émilion. Les Sauternes sont à l’honneur grâce à un climat parfait.

 

Un très bon millésime dans la vallée de la Loire.

 

2000

 

Premier millésime du siècle , toujours une grande curiosité pour les amateurs de vins! La demande cette année la s’est envolée et les prix avec. Surtout à Bordeaux plus particulièrement sur la rive gauche , en effet nous avons eu cette année d’excellentes références en Médoc. La qualité est alors au rendez vous sans nuls doutes.

En Bourgogne : 

Le chardonnay triomphe avec son harmonie délicieuse et sa richesse élégante contre un pinot noir timide «lavé» par la pluie et une vendange précoce.

 

Des vins très concentrés dans la Vallée du Rhône en comptant bien sur un exceptionnel millésime en ce qui concerne le Châteauneuf-du-Pape

Dans la Vallée de La Loire quelques très belles surprises.

 

1999

 

En Bourgogne : 

Certaine cuvées sont devenues mythique dans la région en 1999. Un millésime qui bien travailler avec une vendange au bon moment à donner une qualité hors du commun avec un potentiel énorme. Le rendement été à cette époque aussi très généreux. Le Beaujolais promet aussi de bonnes surprises avec des volumes moins importants qu’en Bourgogne.

 

A Bordeaux : 

Une année dangereuse à Bordeaux compte tenu de la pluie incessante. Le vignoble a beaucoup souffert mais on trouve quelques surprises sur la rive droite. 

Dans l’ensemble , le vin s’est finalement révélé meilleur que ce qui été prévu sur l’ensemble du bordelais.

 

1998

 

En Bourgogne : 

La récolte s’avère pauvre en quantité mais grande en qualité; Des rouges excellents avec des tannins plus présents que l’année précédente.

 

Bordeaux:

Le Merlot triomphe dans ce millésime qui lui va si bien , des tannins élégants et bien murs qui montre leur meilleurs atouts , réussite fulgurante pour la Rive Droite. 

Sur la Rive Gauche la réussite est moins belle mais quelques petites surprises se cachent néanmoins.

En Provence l’été a été chaud et tout comme dans le Rhône , l’année 1998 fait apparaitre un millésime excellent.

 

1997

 

En Bourgogne : 

Les Chardonnay du millésime 1997 sont particulièrement bien construits et murs, à noter une exceptionnelle production sur les Chablis , un millésime magnifique sur cette appellation.En ce qui concerne les rouges , la souplesses et le fruit sont à l’honneur avec une finesse élégante.

 

A Bordeaux :

Seuls les Sauternes échappent au mauvais temps dans ce millésime 1997.

 

1996

Grande année en volume et en qualité. Des raisins magnifiques ont été récoltés sous un ciel serein. La réussite est spectaculaire en Champagne, dans la vallée de la Loire et dans le Jura.

Vins nerveux et racés en Bourgogne, avec des blancs d'anthologie, notamment à Chablis et à Corton.

 

A Bordeaux : 

Le cabernet Sauvignon excelle dans ce millésime 1996. La rive gauche s’en porte bien et sont produits de merveilleux flacons. 

Coté droit cela s’annonce mal , la pluie a endommagé la récolte , seul les grandes maisons arrivent à s’en sortir.

 

1995

Un millésime qui fait la différence ! Très attendu grâce à des conditions climatiques idéale à l’élaboration d’un grand millésime.

Toute la France est gâtée en 1995 coté vin. Toutes régions confondues on trouve  de grandes cuvées.

 

En Bourgogne : 

Une qualité bien au dessus des précédents millésimes , une production humble qui donne des vins toute en finesse avec une puissance aromatique impressionnante. 

 

Le Rhône et la Loire n’échappent pas à la réussite en 1995 avec des vins aussi exceptionnels.

 

A Bordeaux :

De grandes maisons s’arrachent le marché , les vins sont excessivement bien fait avec une harmonie hors du commun. Un Pichon Longueville 1995 pourrait bien être une cuvée d’exception.

 

1994

 

Les vendanges de l’année 1994 sont compliquées à cause de la pluie survenue après un été mitigé. 

En Bourgogne : 

Des vins blancs riches et gras bien structurés et des vins rouges d’une délicatesse folle.

A Bordeaux :

Des vins assez concentrés sur la rive gauche. Les blancs de la rive droite paraissent étonnant en 94.

 

1993

 

Les vendanges de l’année 1993 sont compliquées à cause de la pluie survenue après une saison estivale splendide, les vignerons sont surpris du résultat de leur production qui malgré leur pensées se révèle plutôt positive. Les fruits sont croquants et ferment. Les vins en héritent une couleur somptueuse. 

En Bourgogne : 

De très bonnes réalisations en rouge , plus particulièrement sur la cote de Nuits avec de merveilleux Vogueot ou Vosnes-Romanée avec des puissances aromatiques et des tannins marqués et ravissants.

 

A Bordeaux : 

Pas de grands vins à Bordeaux dans ce millésime, les vins ne sont pas très réussit en 1993 sur toutes les rives. Hormis pour les grandes maisons comme par exemple Mouton Rothschild qui nous offre une belle cuvée.

1992

 

Toujours de la pluie en 1992…

 

En Bourgogne : 

Les blancs échappent à la pluie , le raisin est récolté avant celle-ci et heureusement ! Des vins si structurés et purs , une harmonie sans pareille. On a ici un vin de garde sur les Chardonnay surtout à Chassage et Puligny.

A Bordeaux : 

Une grande production mais malheureusement à cause de la pluie des vins « lavés » dépourvu de grandes saveurs.

 

1991

 

Millésime mitigé.

En Bourgogne : 

L’évolution des Bourgogne dans leur millésime 1991 est à surveiller et pourrait bien donner de petites merveilles.

Un millésime dépourvu de saveur à Bordeaux , les conditions climatiques trop changeantes passant du gel à la limite de la canicule puis aux pluies ont sévèrement compromis la récolte, le raisin n’a pas su évolué correctement , il es affaiblis et effacé en ce qui concerne son gout.

1990

 

Un des millésimes tant attendu , avec une récolte sans embuches. De quoi ravir nos vignerons.

En Bourgogne : 

Le coté frai est au rendez-vous des blancs en 1990 , légèrement en dessous du millésime 1989, ils sont bien faits et valent le détour! En rouge une structure merveilleuse pour des vins puissants , riches et très équilibrés.

 

A Bordeaux : 

Nous ne pouvons que citer LE Sociando-Mallet dans ce millésime , un flacon impressionnant par sa qualité et sa particularité. La récolte en Gironde est très grande mais cela n’enlève pas la qualité aux vins pour une fois. Une acidité superflue qui laisse les tannins s’exprimer avec élégance. Point d’honneur sur les Sauternes et les rouges.

 

1989

 

Des conditions climatiques idéales caractérisent un des millésimes du siècle. Un millésime généreux s’offre à nous en 1989. 

Certains vins de cette année sont devenus au fil du temps de vrais mythe ,

En Bourgogne :  

Les blancs aujourd'hui mythiques sont gras et bien riches , quant aux rouges ils n’ont rien à envier avec leur onctuosité et leur tannins juste comme il faut.

Une année généreuse à Bordeaux : 

Qui ne connait pas la réputation du millésime 1989 en Gironde ?

Les grandes maisons ont fait des vins particulièrement magiques et en règle générale la rive droite comme la gauche s’en sortent magnifiquement bien sur ce millésime qui révèle de la richesse , du gras et un beau volume. Citons ici un Château Gazin de Pomerol particulièrement bien fait.

 

Un excellent millésime pour nos vignerons.

corks-640362_1920.jpg

 

1988

 

Millésime d’exception , belle météo , beau travail des producteurs.

 

En Bourgogne : 

Les vins blancs sont assez turbulents mais tout en souplesse , ils restent fins et attrayants.

Les rouges quant a eux sont très réussis avec des tannins bien relevés , ce sont des vins puissants. 

A Bordeaux : 

Les grandes maisons nous offrent du tannique en 1988 , l’évolution de ceux-ci s’annonce merveilleuse et aujourd’hui on le sais! Les médocs sont un peu plus effacés que les appellations de la Rive droite mais valent quand même le coup. Un Château Mouton Rothschild ou un Château La Conseillante ravirons vos papilles!

 Zoom sur les Sauternes , majestueux.

1987

 

Millésime mitigé , des vins agréables sur la France en général mais rien d’époustouflant. 

Un petit plus en Bourgogne grâce aux rouge dont l’évolution est tout de même surprenante et à goutter ! 

Les Sauternes sont bien faits en 1987.

 

1986

 

Une météo capricieuse et bien différente du nord au sud Français!

En Bourgogne : 

Malheureusement nos vignerons bourguignons ne sont pas à la fête en 1986 avec une récolte « lavée » par les eaux. En ce qui concerne les vins rouges en tout cas , pas de surprise , une acidité trop présente et des arômes masqués. Les blancs par contre sont assez prestigieux mais à Boire rapidement !!!! 

 

A Bordeaux : 

Millésime très apprécié en Gironde. On produits en 1986 des vins de garde sur la rive gauche ! Les médocs nous offrent des tannins majestueux et une belle puissance aromatique , le tout enrobé dans une robe sombre très élégante. Les grandes maisons telles que Mouton Rohthshild ou encore Margaux produisent des vins simplement Exceptionnels dans ce millésime.

La pourriture noble comme on l’appelle à très bien fait son travail chez les liquoreux qui se révèlent magiques.

Sur la rive droite moins gâtée , nous citerons le Vieux Château Certan qui vaut le détour.

1985

 

Comme pas mal d’année en « 5 » , millésime excellent , hors normes et ce sur tout l’hexagone. Note particulière pour La Champagne ou l’on produit en 1985 des cuvées blancs de blancs sans pareille. 

 

En Bourgogne : 

Des vins de garde qui des leur débuts pouvaient déjà être qualifiés d’excellent. Aujourd'hui après une trentaine d’année on constate un vieillissement parfait sur les rouges comme sur les blancs. 

Les blancs sont alors gras et complexes , les aromes qui s’en échappent sont d’une perfection presque gênante. 

Les rouges sont magnifiques pleins de charme et de volupté.

A Bordeaux : 

Une année MYTHIQUE ! 

Une douceur sans égale sur la rive droite , tout en finesse avec une belle structure , les rouges sont à gouter sans attendre.

Sur la rive gauche nous ne sommes pas mal non plus , un peu moins de puissance mais toujours autant de qualité et de complexité aromatique.

La finesse et l’équilibre sont les maitres mots de ce millésime 1985.

Pourquoi pas déguster un Château Calon Ségur dans ce millésime qui lui va si bien ?

1984

 

Cette année un peu chaotique en terme de climat ne nous donnes rien de fantastique. Les vins français n’on pas une grande générosité dans ce millésime que l’on peut qualifiéde discret presque effacé.

1983

Millésime mitigé

Oxydation précoce en Bourgogne , des raisins simplement inexploitable en vue de leur pourriture grise… Au grand désespoir des vignerons ce millésime 1983 ne sera pas gravé dans les mémoires.

A Bordeaux au contraire , un millésime prometteur avec de belles couleurs et une structure agréable. La rive droite prends l’avantage en 1983.

Noté 96/100 par le célèbre dégustateur M.Parker , nous vous proposons de découvrir un de nos Château Margaux dans ce millésime 1983;

1982

 

Un millésime qui fait parler de lui , une récolte abondante et très qualitative surtout à Bordeaux ou le célèbre M. Parker critique en oenologie et incontournable dégustateur ànoté de grandes cuvées 100/100 ( Mouton Rothschild , Margaux , Pichon Lalande…). 

Une belle année bordelaise riche et charmeuse en terme de vin. 

Une belle année aussi pour les Sauternes qui portent une robe somptueuse et des aromes suave et harmonieux. Quel exemple plus fin que le château Rayne Vigneau ..

En Bourgogne : 

Difficile de rivalisé avec la Gironde , des raisins « lavés » par la pluie qui donnent des vins timides mais tout de même agréables en rouge. 

1981

Millésime mitigé avec de belles réussite à Bordeaux contre une déception en Bourgogne ou les vins sont très timide et sans corps.

En Gironde la rive droite s’en sort très bien avec de très beaux tannins. Les Médocs sont légèrement en dessous mais restent très intéressants et bien sur des Sauternes merveilleux ( prenons exemple avec un Château d'Yquem toujours bien fait avec des aromes à tomber par terre , on dit d'ailleurs que les meilleurs millésimes peuvent être gardés jusqu'à 200 ans)

On note un excellent millésime dans la vallée du Rhône.

1980

Millésime décevant sur l’ensemble de la France , il es possible de trouver des petites surprises sur certains vignobles cependant notamment en Bourgogne

 

 

1979

C’est une belle année sur l’ensemble du pays.

Les vendanges sont bien effectués et dans de bonnes conditions.

En Bourgogne : 

Une réussite merveilleuse sur les blancs qui aujourd'hui sont recherchés pour leur équilibre incroyable. 

A Bordeaux : 

De beaux produits de garde qui sont bons à boire aujourd’hui. Rive gauche et droite sont à l’honneur. 

Le temps de déguster un Château Mouton Rothschild 1979.

1978

Un millésime miraculeux! La peur des vignerons face à un été mitigé en terme de météo a été très présente. Après un millésime 77 plutôt désastreux les attentes sur l’année 1978 ont été grandes.

Heureusement pour nous tous , le climat a tourner a la fin de la saison avant les vendanges donnent de nouvelles perspectives à la récolte beaucoup plus agréable.

En Bourgogne : 

Millésime connus et prisé , blancs et rouges en grands crus sont aujourd'hui légendaires.

La Vallée du Rhône s’en sort aussi exceptionnellement bien avec une qualité hors norme.

 

A Bordeaux : 

La douceur est à l’honneur en 78 , les vins de Bordeaux peu habitués à cela sont aujourd'hui sur leur pente descendante , si vous en avez en stock il es plus que temps de les boire.

En ce qui concerne les GCC (grands crus classés) nous sommes plus à l’abris du déclin et leurs cuvées douces et tendres restent agréables encore aujourd’hui.

1977

Millésime du chao , la France subit un été froid et pluvieux , précédé d’un printemps aux même caractéristiques et d’une arrière saison tout aussi difficile. Rien de très bon sur ce millésime même si encore une fois nous ne sommes jamais à l’abris d’une surprise , les grandes maisons on pu produire de très belles étiquettes. 

1976

Grand millésime en Bourgogne. Après une sécheresse accablante, on vendangea des raisins concentrés qui donnèrent un vin aux tannins puissants, d'une richesse exceptionnelle. Les grands crus, qui ont évolué lentement, commencent seulement à s'exprimer.

A bordeaux la récolte est timide mais assez qualitative

 

1975

Un excellent millésime à Bordeaux . Le si célèbre tannins bordelais est plus que jamais présent les vins sont très colorés et on un potentiel de garde énorme grâce a leur structure si harmonieuse.

Les Sauternes aussi sont de très grande réussites.

En Bourgogne : 

Un désastre , il n’y a pas grand chose à tirer de cette production a part sur Chablis ou on trouve d’excellents grands crus.

De 1974 à 1973

Scandale à Bordeaux !! Des vins trafiqués ? face à une grande demande étrangère certains négociants à Bordeaux auraient couper les vins d’origine avec des vins ordinaires… L’affaire choquante à l’époque fait énormément de mal au marché , les GCC se retrouvent même en promo au supermarché…

En 1973 et 1974 , les conditions climatiques ne sont pas en faveurs des vignerons et le résultat n’est pas fameux avec des raisins « lavés » et des vins sans personnalité.

 

1972

Tous les vignobles n’ont pas eu de chance.

Une belle année Bourguignonne qui donne aujourd'hui des grands crus somptueux , modèles d’équilibre et de structure.

 

A Bordeaux : 

Trop d’enthousiasme du aux millésimes précédents , les négociants ont surévalués les vins qui se sont révélés ne pas être à la hauteur des espérances. Ce millésime fait ressortir trop d’acidité et pas assez de caractère.

 

1971

 

En Bourgogne : 

Une météo très favorable au vignoble bourguignon dans ce millésime 1971. La vigne est précoce cette année la et grâce au beau temps estival les vins produits héritent d’un bouquet aromatique impressionnant pour les rouges avec une maturité parfaite des raisins , ils se caractérisent aussi par une robe pleine d’éclat.

Un très grand millésime pour la région.

A Bordeaux : 

Une surévaluation considérable sur des vins agréables et bien faits mais ne valant pas le prix affiché à l’époque. On privilégie la Rive droite avec des vins bien structurés tout en harmonie contre des Médocs ayant vieillis trop vite. Les Sauternes de 1971 sont de très belles réussite en particulier pour la maison Yquem.

 

1970

Faisons de la place en cave ! Un millésime tout en abondance , tant en terme de qualité que de quantité , une année assez impressionnante s’offre à nous. Le vignoble Français pour nous ravir produit des vins de garde d’exception. 

En Champagne ont note un volume impressionnant qui donnera des vins exceptionnels tout comme en Alsace , seul problème, le manque de place pour entreposer les vins.

En Bourgogne : 

Grand millésime caractérisé par une bonne et grosse récolte. Les raisins sont bien murs et ont donné naissance à des vins très appréciés avec une parfum et un équilibre surprenants.

A Bordeaux : 

Des vins racés , riches et savoureux sur toutes les rives! Grande réussite de ce millésime qui a impacter les prix à la hausse.

Les grands crus produits dans ce millésimes sont aujourd'hui exceptionnels.

1969

Une année en « 9 » , pas la meilleure mais une récolte bien réussie par endroit.

En bourgogne : 

La suite de l’été a permis au raisin de bien clore sa maturité. Des vins qui aujourd’hui sont bien connus et appréciés à la dégustation.

A Bordeaux : 

Trop de pluie à la fin de l’été , malgré les efforts des producteurs les vins ne sont pas spécialement bien réussis. Leur prix restent quant à eux élevés. 


1968

Le millésime 1968 est chaotique sur tout le pays … On note même l’annulation de la célèbre vente des hospices de Beaune , Les plus grandes maisons n’on même pas produit quoi que ce soit. le paradoxe est peut être ici ? Le millésime 1968 est alors rare! Mais pas fameux…

1967

 

Un bon millésime en Bourgogne ou malgré les pluies la qualité de la récolte n’a pas été altérée.

Par contre en terme de quantité les dégâts se sont fait ressentir. Pour les vignerons qui on su faire une beau travail , les vins sont fins , tout en souplesse avec une belle élégance aromatique.

 

A Bordeaux : 

Plus de succès sur la Rive droite entre St-Émilion et Pomerol contre des Médocs un peu moins bien structurés.

Certaines grande maison comme (sans vouloir la citée) la maison Petrus on fait les meilleurs vins de l’année.

A gouter absolument pour les plus chanceux : Yquem 1967 , une pure merveille.

1966

 

Très bonne nouvelle pour cette année 1966 après le désastre pluvieux de 65, nous avons ici un grand millésime!

En Bourgogne : 

Une bonne météo a été bénéfique au vignoble ou les vendanges ont été effectuées à bonne maturité , l’ensemble des vins sur la région sont fait admirablement bien avec une belle structure et harmonie. Tout est réuni pour un beau millésime : de beaux aromes, une bonne finesse bref , des vins élégants.

A Bordeaux : 

L’évolution n’est pas au rendez-vous pour toutes les appellations et beaucoup on perdu de leur structure et leur coté fruité a presque disparu en faisant ressortir des tannins trop présents et durs.

D’autres châteaux on bien réussis leur crus qui sont entrés dans la légende comme par exemple Pichon Lalande ou encore Calon Segur.

1965

Une triste année sur tout l’hexagone …

En Bourgogne et à Bordeaux quelques très bon vignerons ont fait de beaux vins mais rien de spectaculaire sur ce millésime 1965.

1964

Un millésime sympathique ou l’on a produis des vins de garde.

En Bourgogne : 

Conditions climatiques parfaites pour de belles cuvées. les vins rouges sont parfumés , avec une belle structure et un charme certain. Les blancs quant à eux sont élégants et assurent une parfaite tenue.

Le caractère de l’origine se fait parfaitement bien ressentir sur le vignoble bourguignon.

A Bordeaux : 

Pour ceux qui ont effectué les vendanges avant le temps maussade et pluvieux on fait de très belles cuvées , pour les autres ce fut moins facile. Certaines grands noms on trop attendus et d’autres sur la rive droite on bénéficier de raisins plus précoces et on fait des vins avec une belle prestance , belle réussite pour eux (le Vieux Château Certan par exemple le montre bien)  

C’est un grand millésime aujourd'hui très apprécié.

1963

Millésime chaotique. Un climat pas du tout propice à la production avec beaucoup de pluie et du froid. Les vins sont trop effacés et légers.

A Bordeaux on note cependant une exception avec la maison Latour qui malgré tous les soucis climatiques a réussit à faire un vin prestigieux et étonnant.

En Bourgogne la production a pu être sauvée en arrière saison, elle donne des vins souple pour les rouges et marque une belle réussite des blancs qui ont su évoluer avec une belle richesse en sucre.

1962

Un millésime qui permet des maturités parfaites ! 

Qualifié de grand millésime en Bourgogne et à Bordeaux.

Les Sauternes sont particulièrement bien faits en cette année 1962 qui sont d’une fraicheur incomparable ! Point d’honneur pour les maisons Rayne Vigneau et Yquem qui ont fait de ce millésime de très belles cuvées encore très appréciées aujourd’hui. 

A Bordeaux de façon plus générale la récolte a été fructueuse tant dans la qualité que dans la quantité même si certains vins n’ont pas aimer vieillir.

En Bourgogne : 

Un beau temps favorable aux crus bourguignons qui ont jouis des meilleurs conditions pour faire de bons vins.

Les rouges et les blancs sont de belles réussites avec d’un coté un bouquet aromatique immense et une belle charpente et de l’autre une fraicheur et une vivacité très intéressantes permettant une belle garde.

1961

Un des millésimes les plus réussit.

Toute la France joui de cette réussite immense avec des vins concentres et majestueux. On annonce une belle carrière pour tous les vins de cette année , avec un potentiel de garde impressionnant. Déboucher un 61 c’est ouvrir du bonheur à l’état pur.

On en a beaucoup entendu parler et après tant d’années on sait aujourd'hui que les prédictions étaient bonnes. Les plus grandes maisons on fait des vins splendides et éblouissants. 

1960

 

La gêne de la pluie a frappé cette année 1960 , ne permettant pas de créer des cuvée d’anthologie.

Cependant , bon millésime pour les blancs en bourgogne , un peu moins pour les rouges qui restent très légers en raison de la pluie en été. Cependant de très belles surprises chez les vignerons consciencieux.

 

1959

 

Une année chaude et sèche , BENEDICTION pour la vigne ! C’est alors un très grand millésime.

Les raisins sont vendangés avec une maturité parfaite et une concentration impressionnante.

Les vins liquoreux ,  en particulier les Sauternes sont aujourd'hui légendaires et exceptionnels sur le millésime 1959.

A Bordeaux : 

Que de belles réalisations , tout est bien fait avec des surprises magiques sur certaines cuvées qui sont au fil des années devenues de véritables légendes. A découvrir encore aujourd'hui avec tout autant de surprise et d’émerveillement.

Les vins de la vallée de la Loire ou encore du Rhône ainsi que les Champagne sont de véritables chefs d’oeuvres eux aussi ! 

 

En Bourgogne : 

La région n’est pas épargnée par la réussite , en effet les raisins sont à parfaite maturités , et on pu être cueillis dans les meilleurs conditions possible. On touche de prés la perfection en 1959!

Une structure et une harmonie parfaite , des vins charpentés , souples et fins. L’élégance à l’état pur.

 

L’année 1959 Compte alors parmi les plus grands millésimes du siècle !!!

 

1958

Un millésime que l’on qualifierai de moyen à bon.

En Bourgogne : 

Des conditions météorologique peu clémentes ont eu un impact sur la récolte. 

Cependant les rouges s’en sortent bien avec une belle qualité et une finesse noble.

Les blancs pour une bonne partie d’entre eux peuvent être classés en bon millésime grâce à leur fraicheur et leur harmonie.

A Bordeaux :

La région n’est pas prétentieuse quant à ce millésime , cependant on trouve de belles surprise avec un potentiel de garde très intéressant , l’élégance et la complexité aromatique de certains marque bien le contraste avec la légèreté des autres. 

 

1957

Un été pluvieux et des récoltes assez faibles.

En Bourgogne : 

On réussit mieux les rouges avec une finesse et un corps très intéressant , c’est un bon millésimes pour ceux-ci dans le vignoble Bourguignon. Concernant les blancs nous sommes sur un résultat moyen mais qui évolue bien dans le temps.

 

A Bordeaux : 

On note de très belles réussites dans les Graves , des cuvées harmonieuses et bien construites révélant une belle finesse et des arômes bien présents. Les Médocs sont moins glorieux.

1956

Un millésime qui a provoquer la mort d’un nombre incalculable de vignes… Triste sort et grosses pertes pour les vignerons , particulièrement à Bordeaux ou le froid paralyse le vignoble.

 

En Bourgogne : 

Même sort , on annonce l’annulation de la vente des Hospices de Beaune. Les vendanges sont effectuées très tard et les vins sont « passés » , il ne se garderont pas malheureusement.

1955

 

Grande année!

Vous verrez au fur et à mesure des années du guide que les années en « 5 » ont tendance à être particulièrement clémente à la vigne.

La qualité et la quantité sont au rendez-vous. 

Mention particulière au château d’Yquem , une production de flacons mythiques , l’excellence des Sauternes en 1955.

 

En Bourgogne :

La météo est avec le vignoble en cette année 1955, la floraison , la croissance et la vendange de la vigne ont été très saines ce qui amène à une qualité extreme. La finesse est de rigueur sur la plupart des cuvées. Le Pinot noir et le Chardonnay sont en fête.

 

Des crus complets aux parfums prononcés qui séduisent encore aujourd'hui les chanceux acquéreur de ce millésime sur la majorité des régions Françaises.

 

1954

Et oui , il en faut … Un mauvais millésime , tout ne peux pas toujours être rose , la vigne ne peux pas toujours donner le meilleur d’elle même

Un vieillissement prématuré pour nos cuvées Bordelaises, bien sur il y a toujours l’exception qui confirme la règle avec quelques grandes maisons qui sortent du lot mais la généralité est plutôt négative.

 

En revanche en Bourgogne , de belles cuvées en blanc. Certes la récolte et la production n’ont pas été de tout repos mais le résultat est plutôt satisfaisant. Le parfum est bien présent et la dégustation est agréable. Ce vin aurait du être bu aujourd'hui.

 

1953

Excellent millésime. Les conditions climatiques de cette année 1953 sont propice à l’évolution de la vigne. 

En Bourgogne : 

Des cuvées simplement réussies , blancs et rouges s’entendent et se conservent ! Une belle évolution se présente , certaines appellations se gardent mieux que d’autres , ensuite c’est une histoire de gout. 

 

A Bordeaux : 

La star est la rive gauche avec en tête les Médocs qui sont de réels chefs d’oeuvre , Mouton Rothschild , Margaux … Des belles maisons ayant produits des cuvées fantastiques.

En ce qui concerne la Loire ou la Champagne la qualité fut au rendez-vous mais ces vins dans ce millésime auraient du être bu aujourd'hui. 

1952

C’est l’année de la puissance ! Les conditions climatiques ont données des vins tanniques à Bordeaux et forts en Bourgogne. 

Un millésime favorable à la majorité des régions.

En Bourgogne : 

Une production légèrement plus faible que les l’année d’avant. Une qualité exceptionnelle du vin est remarquée sur l’ensemble du vignoble. 

En rouge , on remarque une robe éclatante ainsi qu’une belle harmonie , tout en finesse.. les blancs ont une charmante élégance. Les plus beaux crus ont une allure charpentéet sont encore aujourd'hui très surprenants.

 

1951

Mauvaise année pour Bordeaux , beaucoup de pluie pendant les vendanges , la qualité s’envole.

Les bouteilles sont la pour la collection , pour l’année mais pas pour être bues.

En Bourgogne :

Très mal partie la récolte est rattrapée par une arrière saison clémente , en effet les mois de  Septembre et Octobre ont sauvés la mise. Les rouges sont charpentés en restant fins habillés d’une belle robe. Les blancs ont été produits en faible quantité, ils sont riches et gras mais présentent une incroyable diversité.

 

1950

Un bon millésime pour la bourgogne en blanc ! 

Un développement parfait de la vigne grâce aux conditions climatiques a permis des vins blancs fruités , gras , concentrés et harmonieux , tout pour plaire! 

A Bordeaux quelques crus intéressants , les vins ont une bonne évolution.

La récolte est conséquente  

1949

Un millésime Splendide , on en a tirer de grands vins partout en France.

 

En Bourgogne : 

Une météo plutôt mitigée durant cet été 1949 , mais avec surprise on découvre des vins merveilleux avec un potentiel impressionnant comme beaucoup d’année en « 9 » qui suivrons. 

Ces vins possèdent un équilibre inégalable , une belle puissance aromatique et un fruit très présent.

 

A Bordeaux :

C’est un millésime époustouflant avec des vins fins et puissants dotés d’un bouquet aromatique surprenant !  Toutes les rives sont au rendez-vous avec des cuvées prestigieuses.

Les Sauternes n’échappent pas à la règle et nous offrent des vins suave et affirmés dans une robe or éclatante. Le Château Yquem fait encore parler de lui.

1948

 

Une année propice aux vins de garde à Bordeaux avec des évolutions merveilleuses face à un vin qui jeune n’était pas forcément des plus agréable , comportant une importante acidité et un coté un peu trop franc. Les Médocs et les Graves ont produits des cuvées exceptionnelles dotées d’une harmonie et d’une finesse incomparable.

En Bourgogne : 

C’est un millésime plutôt bon en Bourgogne , on aurai pu penser le contraire au vue des conditions météorologique plutôt irrégulières mais le résultat est meilleur que prévu. La récolte est certes faible mais de qualité aussi bien pour les rouges que pour les blancs même si ceux-ci sont légèrement au dessus. Les vins de Bourgogne dans ce millésimessont puissants et fins avec une certaine franchise.

 

1947

Un grand Millésime. Dans la douceur et le charme

En Bourgogne : 

Un des plus grands millésimes ! Grâce à des conditions climatiques parfaite et un taux de sucre dans le raisin très élevé les vins sont souples et harmonieux , au caractère très marqué. Les blanc sont charmeurs et très fins. Des cuvées spectaculaires! En Champagne et dans la Loire aussi on retrouve d’excellentes et surprenantes cuvées.

 

A Bordeaux :

La rive droite triomphe avec des Pomerol ou encore des St-Émilion mythique aujourd’hui.

Suivis des Sauternes avec le légendaire Château Yquem 1947. L’harmonie qui règne dans ces flacons est magnifique et spectaculaire.

Certains vins de l’année 1947 sont activement recherchés par les collectionneurs et ce dans le monde entier.

Les Médocs se retrouvent en bas de la liste en ne vieillissant pas si bien que ses confrères de l’autre rive. 

1946

 

Coincé entre deux géants , ce millésime ne suscite que peu de curiosité mais attention aux petites pépites qui se cachent dans ce genre de millésime!!! 

 

1945

C’est ici un des plus grands millésimes. LE millésime de LA Victoire!

Une récolte très restreinte qui amènera a des vins mythiques.

En Bourgogne :

C’est une excellente année en Bourgogne pour ne pas dire la meilleure. On approche de la perfection en rouge et les blancs ne sont pas mal non plus. 

 

A Bordeaux : 

Excellent aussi ! Les tannins sont au rendez-vous , et leur évolution est parfaite.

Des vins à consommer encore aujourd’hui mais difficile à trouver. 

devinrent des classiques incontournables. A l'heure actuelle, ces vins sont toujours éblouissants de richesse, d'harmonie et de distinction.

La Champagne , La vallée de la Loire et la Vallée du Rhône sont tous aussi spectaculaire

Le succès est autant gustatif que commercial. 

wine-bottle-1004258_1920.jpg

De 1944 à 1938 

En 1944 , la récolte fait peu parler d’elle , elle passe aux oubliettes. 

Le millésime 1943 est plutôt satisfaisant à Bordeaux sur la Rive droite et Les Sauternes.

En Bourgogne le potentiel de garde se révèle extraordinaire et le millésime est qualifié d’excellent.

En 1942 le vin produit est bon à Bordeaux ou ils sont très fruités comme en Bourgogne avec des vins plus légers, cependant le potentiel de garde de ce millésime n’est pas confirmé. 

Pendant la guerre la production de vin est compliquée et la commercialisation de celui-ci encore plus. 

Les millésimes 1940 et 1941 sont médiocre , ils sont destiner à la collection ou à la symbolique de l’année. 

En 1939 beaucoup de vin mais peu de qualité , un millésime très moyen. 

 

L’année 1938 donnes des vins plutôt légers mais bons avec sur la rive gauche de bordeaux , des Médocs prouvant leur potentiel de garde. 

 

1937

Une bonne évolution sur les vins du millésime 1937. 

Des le départ très prometteur à Bordeaux particulièrement sur les St-Émilion ou sur les Pomerol avec des vins très fins et voluptueux.

Naturellement suivis par les Sauternes exceptionnelles en 1937.

 

En Bourgogne : 

Très grand millésime bourguignon , on trouve des surprises qui encore aujourd'hui ravissent nos papilles! Ce sont des vins corsés , plutôt francs et très colorés.

 

De 1936 à 1935

En 1936 comme en 1935 , le millésime est plutôt médiocre à Bordeaux.

En Bourgogne la qualité est très marquée sur les blancs qui sont somptueux avec des raisins gorgés de sucre. En rouge la qualité est moins bien.

1934

L’année de l’opulence.

En bourgogne : 

Année de fondation de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin.

Il y a a cette époque beaucoup d’inégalité sur la qualité des vins à cause de leur production , certains vignerons travaillent à la main avec soin et d’autre forcent le marché avec de gros rendements et des prix bas , cela fortifie l’influence et la notoriété de certains vins. 

C’est tout de même une très bonne année en Bourgogne les blancs et les rouges qui sont bien construits ont une très belle couleur , un parfum exceptionnel et une finesse rare.

A Bordeaux : 

Grosse récolte à Bordeaux en 1934 , le vin est alors plein de tannin ce qui lui donne un caractère un peu trop franc. La rive droite nous offre de très bonnes cuvée tandis que les Sauternes rayonnent .

De 1933 à 1930

En 1933 seule la Bourgogne fait de bons vins mais il n’ont pas eu le succès escompter à cause de la conjoncture.

L’espoir renait après plusieurs mauvaises années, on retrouve de bonnes cuvées en France dans ce millésime notamment en Bourgogne et plus particulièrement dans la région de Beaune.

Deux ans de pur désastre pour les vignerons par la suite de 1932 à 1930, des millésimes qui donnent des vins acides et sans intérêts. En période de guerre c’est un désastre commercial.

1929

LE millésime qui touche toutes les régions Françaises , qui amène une récolte magique partout.

Peut être bien l’année du siècle.

En Bourgogne un excellent millésime , grâce à des conditions météorologiques optimales les rouges et les blancs sont parfaits avec un potentiel de garde certain.

 

A Bordeaux : 

Encore surprenants aujourd'hui ,  plusieurs crus de Bordeaux ont une réputation certaine.

Les Sauternes bien sur sont encore exceptionnel , pour ne pas le citer, le Château d’Yquem nous offre encore aujourd'hui un bouquet si riche que cela paraît impossible.

1928

Un grand millésime globalement.

Encore surprenant aujourd'hui sur certaines appellations de Bourgogne , de Champagne , d’Alsace ou encore à Bordeaux.

En 1927, le millésime est médiocre partout.

 

En 1926 la récolte est très faible partout en France , on trouve quelques surprises à Bordeaux et des vins de qualités mais très rares en Bourgogne , Champagne ou encore en Alsace.

Le millésime 1925 est issu d’une grande récolte mais les vins n’y sont pas qualitatifs

1924

C’est un bon millésime en Bourgogne , les vins ont une belle couleur et un beau bouquet aromatique.

A Bordeaux : 

Bon millésime bordelais , Sur chaque rives de belles surprises.

1923

En Bourgogne : 

Une très grande année , c’est un millésime dont le potentiel de garde dépasse les espérances! 

D’incroyables qualités avec un moelleux et un gras très présent par dessus le fruit.

Mauvaise année pour Bordeaux.

1922

Des vins trop légers pour ce millésime , cependant de belles surprise en Bourgogne sur les blancs.

1921

Une excellente année. Un été très chaud en faveur de la vigne et des vendanges très agréables et chaudes on donnés un raisin très sucré d’ou on tire un vin doux et suave ,très harmonieux.

Partout en France , les vignerons se réjouissent . Un millésime du siècle.

En bourgogne : 

Des vins rares , qui ont peut être évolués un peu trop vite.

 

En Champagne on fait des vins qui paraissent éternels.

 

A Bordeaux : 

Pour la Rive Droite et notamment à St-Émilion c’est l’année du siècle.

Le château d’Yquem est très demandé dans son millésime 1921. 

1920

Un grand millésime à Bordeaux comme en Bourgogne!

Ce sont des vins rares et prestigieux avec une subtilité et une structure inégalable.

Naturellement après toutes ces années les vins que nous décrivons touchent à la fin de leur vie de gout et passe en collection…

background-2273883_1920.jpg

1919

En Bourgogne c’est un millésime honorable avec des vins de caractères mais qui se sont révélés plutôt décevant dans leur évolution. A Bordeaux , rien de plus glorieux.

1918

 

C’est un millésime qui représente plus une date qu’un intérêt gustatif , le millésime de fin de guerre.

 

1917

Millésime qui a souffert de la guerre , plus d’hommes pour les vignes car ils sont sur le terrains pour défendre leur pays…

1916

Bordeaux , de belles réussites comme le château Mouton Rothschild qui se démarque. C’est le un des seuls toutes régions confondues.

1915

En Champagne c’est un millésime surprenant!

En Bourgogne : 

Très bon millésime avec des vins qui sont amenés à être conservés. Une belle structure , tout pour plaire.

 

A Bordeaux :

Année médiocre , certains grands châteaux ont déclasser leur cuvées.

De 1914 à 1912 

En 1914 , c’est le début de la guerre ; les hommes sont réquisitionner et partent au front , les récoltes sont perdues sauf en Champagne ou le millésime se révèle être excellent.

En 1913 , des maladies attaquent la vigne qui , le vin deviendra acide.

En 1912 , le vin produit à cette période n’a pas de tenu , il est trop léger.

1911

 

Une qualité impressionnante sur ce millésime 1911 en Champagne en Alsace ou encore en Bourgogne grâce à un bel été. La récolte est très réduite mais qualitative.

 

A Bordeaux le climat n’a pas suivis , face à la rivalité certaine entre les régions viticoles , les autres ont vaincus la récolte Bordelaise.

De 1910 à 1907

On ne parlera pas de l’année 1910 qui est qualifiée de très mauvaise dans tous les sens du terme.

En 1908 et en 1909 la récolte a été médiocre et sans intérêt.

En 1907 une maladie attaque la vigne et les vins produits à cette date n’existent plus. 

1906

Une grande année , les conditions climatiques ont été idéales pour la production de vins. Sur toutes les régions on a fait de bons vins qui on pu se garder.

1905

Coincé entre deux bonnes années , le millésime 1905 n’est pas à la hauteur. 

1904

Grand millésime ! Une belle production en tous points. 

De 1903 à 1901

Ces millésimes n’ont pas énormément d’intérêt , bien qu’en posséder un flacon (en collection) aujourd’hui est assez rare et honorable mais pas destiner à la dégustation.

5902726_IMG_1685-jpg.jpeg

1900

Millésime exceptionnel dont on entends toujours parler aujourd'hui avec des prix exorbitants mais justifiés pour un tel breuvage. 

Bien que le but n’est pas de boire une telle bouteille , la chance d’en posséder une est rare.

Et pourtant en 1900 la qualité est indéniable mais pour une fois la quantité aussi , ce qui entraine alors une trop grande présence de ce vin d’une qualité exceptionnelle sur le marché, il se vendait alors peu cher à l’époque. 

En Bourgogne en 1900 , les Hospices de Beaune décident de distiller une partie de leur vendange pour en faire une eau-de-vie , qui aujourd'hui est extrêmement recherchée.